Share

Facebook icon Twitter icon Mail icon
Travailler avec les agro-industriels et les petits producteurs pour protéger les forêts et développer des produits responsables
Travailler avec les agro-industriels et les petits producteurs pour protéger les forêts et développer des produits responsables
News 19 févr. 2021

Travailler avec les agro-industriels et les petits producteurs pour protéger les forêts et développer des produits responsables

A Soubré, chef-lieu de la région de la Nawa au Sud-Ouest de la Côte d’Ivoire, Earthworm Foundation à travers son initiative Rurality, travaille avec Nestlé, Godiva, Pro Fair Trade, la Société Internationale de Plantations et de Finances – Côte d’Ivoire (SIPEF-CI) et les petits producteurs de palmier à huile et de cacao.

Les petits producteurs et les agro-industriels ont besoin d’un appui

69% des plantations de cacao à Soubré ont une superficie entre 2 et 5 ha. 85% des plantations de palmier à huile, ont entre 1 et 5 ha de superficie. Ces pourcentages montrent que la culture du cacao et du palmier à huile à Soubré, est une affaire de petits producteurs. Ceux-ci exercent par inadvertance une forte pression sur les sols et l’utilisation des ressources naturelles. Cela affecte négativement les zones naturelles et protégées.

Soubré dispose d’une seule usine de production d’huile de palme :la SIPEF-CI. C’est à elle 3 353 petits producteurs de la région livrent leurs régimes de graines. Ils contribuent à hauteur de 60% de la production en régimes de graines livrés à la SIPEF-CI.

Depuis 2015, la SIPEF-CI s’est engagée dans la certification RSPO en vue de se conformer aux normes internationales relatives à la production d’huile de palme durable. Cela lui impose de concilier la nécessité de produire davantage au respect de l’environnement et des droits des communautés.

Numbering in the range of 3200 to 3300, farmers supply up to 60 percent of the palm fruit delivered to SIPEF-CI.

« Nous devons produire notre huile de palme en tenant en compte des réalités des populations qui vivent avec nous puisque les plantations sont précisément implantées dans les villages. Il ne faudrait pas que notre activité impacte négativement le bien-être social et environnemental des populations », affirme Carmen Wandja, Responsable RSPO de la SIPEF-CI.

Cela n’est pas toujours aisée car les petits planteurs font face à plusieurs défis liés à l’indépendance financière et à la satisfaction des besoins alimentaires. Il est donc nécessaire de leur apporter une assistance technique pour améliorer leur résilience.

Aider les agriculteurs à devenir plus résilients

Rurality - le programme d'Earthworm pour la résilience des agriculteurs - a été lancé en Côte d'Ivoire avec le soutien financier de Nestlé et de Pro Fair Trade. Il repose sur trois piliers : la traçabilité, l’amélioration de la qualité de vie des producteurs et la protection de l’environnement.

La traçabilité est une exigence dans la chaîne d’approvisionnement d’huile de palme. Elle vise la connaissance du cheminement des produits. Ce faisant, l’agro-industriel s’assure que ces produits ne proviennent pas de zones d’importance en matière de conservation et améliore son service en destination des petits producteurs.

Au début du mois de janvier 2021, plus de 4000 plantations (toute la chaîne de l’approvisionnement de l’usine Ottawa) ont été géo référencées et 930 plantations ont été cartographiées par l’équipe d’Earthworm en collaboration avec les encadreurs de SIPEF-CI et des coopératives.

Since January 2021, more than 4,000 plantations have been geo-referenced and 800 plantation boundaries have been mapped

Le travail de la traçabilité s'est également accompagné d'un programme de soutien aux producteurs pour améliorer leurs moyens de subsistance. À ce jour, plus de 1257 familles d'agriculteurs ont bénéficié de ce programme. Et, pour un environnement de qualité et des forêts saines Soubré regorge d’espaces protégés menacés en raison de l’agriculture.

« Nous avons le parc national de Taï qui est à l’ouest, la forêt classée de la Niégré au sud-est, la forêt classée des rapides Grah au sud et au nord, la forêt classée des monts Kourabayi. Ces forêts sont beaucoup infiltrées par les producteurs de cacao », explique Eléonore N’Gbesso Tanoh, Responsable de Rurality en Côte d’Ivoire.

Avec le soutien financier de GODIVA, l'équipe terrain d’Earthworm aide les agriculteurs à introduire des arbres dans les plantations de cacao situées à l'intérieur des forêts classées des monts de Kourabayi et de Niégré. En dehors des forêts, l'équipe encourage les cacaoculteurs à planter des essences forestières dans leurs plantations.

Amara Bakouan - an oil palm and cocoa farmer - has been practicing agroforestry since 2014.

Issouf Diarrassouba et Amara Bakouan sont tous deux planteurs de cacao et de palmier à huile. Suite à leur rencontre avec Earthworm, ils ont décidé de pratiquer l’agroforesterie dans leurs plantations de cacao. Diarrassouba est à ses débuts mais il garde bon espoir que l’agroforesterie sera bénéfique à sa plantation. Amara pratique l’agroforesterie depuis 2014. Deux de ses voisins lui ont emboité le pas.

Pour convaincre le maximum de planteurs de pratiquer l’agroforesterie, Rurality collabore avec la Société de Développement des Forêts de Côte d’Ivoire (SODEFOR). Les deux équipes ont entamé une sensibilisation de masse des communautés riveraines des forêts classées des Monts Kourabahi et de la Niégré. L’idée est de créer des comités villageois pour le reboisement et la préservation des reliques de forêts.

Vous pourriez être intéressé par...

16 mars 2020

A partnership to bridge research and social impact in Ivory Coast

4 mai 2020

Marianne Martinet and Julien Troussier talk about opportunities to regenerate critical landscapes

22 juin 2020

Bastien Sachet talks about how to invest in protecting forests